actualités informations catalogue
 


TITRES

AUTEURS

NOUVELLES

ROMANS ET RÉCITS

ESSAIS

BEAUX LIVRES

COLLECTIFS

DICTIONNAIRES ET OUVRAGES PRATIQUES

POCHES

CONNAÎTRE

L'INSTANT SCÈNE

L'INSTANT CINÉ

TRADUCTIONS

ANTHOLOGIES

THÉÂTRE

LIVRES NUMÉRIQUES

TWITTÉRATURE

TRAJECTOIRE

COLLECTION EXPLORATOIRE


COMMUNIQUE

En attendant les Barbares

Luc Devoldere

Essais. Traduction du néerlandais (Belgique) par Monique Nagielkopf.

256 pages ; 29,95 $
ISBN 978-2-89502-331-9

Aussi disponible en PDF

Feuilleter cet ouvrage

La barbarie nous menace-t-elle ? Notre monde vacille-t-il sur ses bases ? Et si nous ne faisions que cela, depuis deux millénaires, attendre les barbares, leur prêter la majesté qu'appelle notre épuisement culturel... C'est au pays de Denys Arcand, du Déclin de l'empire américain, que paraît la traduction française des brillants essais de Luc Devoldere regroupés sous le titre Wachtend op de Barbaren. L'auteur, Belge flamand, donc à la croisée des perspectives latiniste et germaniste, tantôt se livre à un parcours philosophique, notamment quand il est question de Nietzsche, d'Alain et de Marc Aurèle ; tantôt, il aborde la littérature (Yourcenar, Horace, Van Lerberghe, Montherlant) à partir des outils classiques que sont la rhétorique, la poétique et la stylistique. Il ressuscite de grandes figures comme Ératosthène, Quintilien et Érasme, utiles à la compréhension du monde tel que nous le connaissons ou aurions intérêt et plaisir à le connaître.
Rédacteur en chef de la revue Septentrion (consacrée aux arts, aux lettres et à la culture de Flandre et des Pays-Bas), Luc Devoldere a enseigné les lettres classiques. De son ancien métier, il a gardé le souci de se faire comprendre, certes, mais aussi celui de faire aimer les écrivains dans leurs grandeurs et leurs misères, toute déférence n'excluant pas le sens critique, bien au contraire. En bout de ligne, nous nous retrouvons face à des écrivains, des humains, notre sœur Yourcenar, notre frère Cioran, notre ami Alain. Face à une patrie sans cartographie : la civilisation.
Le gai savoir dont parlait Nietzsche nous sourit dans l'ombre : « Qui attend les barbares découvrira avec Kavafis (à qui est emprunté le titre de cet ouvrage) qu'il n'y en a pas, et qu'il devra se tirer d'affaire tout seul. »




Devoldere, Luc, En attendant les Barbares. Traduction du néerlandais (Belgique) par Monique Nagielkopf. Québec, L'instant même, 2013, 256 pages.