actualités informations catalogue
 


TITRES

AUTEURS

NOUVELLES

ROMANS ET RÉCITS

ESSAIS

BEAUX LIVRES

COLLECTIFS

DICTIONNAIRES ET OUVRAGES PRATIQUES

POCHES

CONNAÎTRE

L'INSTANT SCÈNE

L'INSTANT CINÉ

TRADUCTIONS

ANTHOLOGIES

THÉÂTRE

LIVRES NUMÉRIQUES

TWITTÉRATURE

TRAJECTOIRE


COMMUNIQUE

Il faut me prendre aux maux

Luc Bureau

Récits.
180 pages ; 22 $
ISBN 978-2-89502-276-3

Aussi disponible en PDF et ePub

Feuilleter cet ouvrage

Inutile d'essayer de départager la réalité de la fiction, le vrai du faux, le vécu du non-vécu dans les tableaux qui suivent, car tout y est vrai, et tout y est faux pourvu que l'on accepte le principe que les mots propagent indifféremment la vérité et le mensonge, la réalité et la fiction. En bout de piste, ce sont les mots qui nous inventent, qui nous engendrent. Mais pour la suite des choses, il est plus juste de dire que ce sont les maux qui nous créent.

Endurer un lumbago, subir les aléas d'une double vie d'universitaire paysan, déjouer une espionne tchèque, goûter à la « diablerie scélérate » d'un collègue, soutenir une thèse au Minnesota, chercher une serpillière à Paris, dîner dans l'obscurité totale : faisant preuve d'un humour goguenard, Luc Bureau s'amuse de ses déconvenues quand tel est pris qui croyait prendre. À partir de quatorze mots, définis dans un esprit encyclopédique, le plus littéraire de nos géographes se console d'autant de maux puisés dans le « vaste souffroir » de la vie, et en tire une sagesse à quatre sous : « L'homme est un animal qui perd la tête quand le dos lui fait mal. » Auteur entre autres des ouvrages Terra Erotica et Mots d'ailleurs, Luc Bureau révèle un indéniable sens du récit dont tout lecteur fera son miel.

« Avec une naïveté métissée d'autodérision, l'esprit malicieux de l'auteur se profile à chaque page. L'ensemble forme un collage pétillant et astucieux. Un livre réjouissant qui semble avoir été écrit par un brillant causeur. » (Ginette Bernatchez, Québec français.)

« Esprit vif et narquois, piqué d'un humour constant et d'une autodérision qui fonctionne sans défaillir, Luc Bureau enfile, dans une langue riche et vivante, une quinzaine de récits qui nous feront rire et réfléchir. » (Christian Desmeules, Le Devoir.)




Bureau, Luc, Il faut me prendre aux maux. Québec, L'instant même, 2010, 180 pages.