actualités informations catalogue
 


TITRES

AUTEURS

NOUVELLES

ROMANS ET RÉCITS

ESSAIS

BEAUX LIVRES

COLLECTIFS

DICTIONNAIRES ET OUVRAGES PRATIQUES

POCHES

CONNAÎTRE

L'INSTANT SCÈNE

L'INSTANT CINÉ

TRADUCTIONS

ANTHOLOGIES

THÉÂTRE

LIVRES NUMÉRIQUES

TWITTÉRATURE

TRAJECTOIRE

COLLECTION EXPLORATOIRE


COMMUNIQUE

Valdera

France Ducasse

Roman.
252 pages ; 25 $
ISBN 978-2-89502-278-7

Aussi disponible en PDF et ePub

Feuilleter cet ouvrage

Ce don pour le chant, c'est le sien, elle le sait, elle pense que je lui ai volé ce talent et que je ne suis pas à ma place. Comme elle est orgueilleuse, Valderi se dit qu'elle aurait été soliste si elle avait poursuivi dans cette voie. En effet, ma sœur aurait pu devenir quelqu'un d'autre. Entre elle et moi, il y a toutes celles que nous rêvions d'incarner, divas et tragédiennes, et autant de secrets qui nous lient que d'aveux qui nous séparent.

Valdera découvre que sa sœur néglige un talent qu'elle lui a toujours envié. Elle apprend donc à chanter, elle intègre même une chorale et courageusement, en dépit de son filet de voix, s'attaque au Cantique des Cantiques de Palestrina. Valdera vit enfin la vie que Valderi méritait, elle fusionne avec sa sœur et la prolonge en chantant et en ayant aussi des enfants, les enfants dont sa sœur n'a pas voulu, en leur inventant des personnages, des histoires, des jeux, des énigmes. Mais la vraie vie se moque de ses efforts de mère, de sœur et de choriste qui rêve d'harmonie. Le soir du concert, Valdera déchante.
France Ducasse offre à ceux qui n'ont pas d'âge une fable moderne où l'imagination, ponctuée de musiques, de rires, de folies, d'intrigues, de secrets et de douleurs, improvise avec brio. Ce livre à la fois grave et fantaisiste doit être abordé avec tout le sérieux de l'enfant qui joue.

Valdera « est la marque d'une liberté d'inspiration et d'invention. La vie se déverse dans la fiction, la fiction dans la vie, les deux se mélangent, se transforment. Comme si la romancière considérait la vie et l'écriture comme un jeu sans fin et regardait vivre, au milieu du vertige, ses personnages. » (Suzanne Giguère, Le Devoir) « Rares sont les histoires qui transpirent le plaisir à ce point, qui transfigurent, en quelque sorte, même la mort de certains protagonistes. Tout y est investi dans une sorte de déferlement de l'imaginaire, d'un jeu amoureux qui relance les personnages d'aventure en passion. [...] Ce n'est donc pas sans poésie que se déroule cette histoire et c'est heureux, et c'est jouissif. Roman à lire, vraiment, pour sa magie et la folie douce de ses dérapages imaginaires. » (Hugues Corriveau, Lettres québécoises)




Ducasse, France, Valdera. Québec, L'instant même, 2009, 252 pages.