actualités informations catalogue
 


TITRES

AUTEURS

NOUVELLES

ROMANS ET RÉCITS

ESSAIS

BEAUX LIVRES

COLLECTIFS

DICTIONNAIRES ET OUVRAGES PRATIQUES

POCHES

CONNAÎTRE

L'INSTANT SCÈNE

L'INSTANT CINÉ

TRADUCTIONS

ANTHOLOGIES

THÉÂTRE

LIVRES NUMÉRIQUES

TWITTÉRATURE

TRAJECTOIRE

COLLECTION EXPLORATOIRE


Prix des abonnés du Réseau des bibliothèques de la Ville de Québec, finaliste 2010

COMMUNIQUE

Le masque étrusque

Louis Jolicœur

Roman.
174 pages ; 22 $
ISBN 978-2-89502-277-0

Aussi disponible en PDF et ePub

Feuilleter cet ouvrage

Les objets ont leur vie propre, comme les êtres. On ne peut les posséder impunément. Ils circulent, passent de main en main, de ville en ville, comblant un désir, puis un autre. Ils se forgent chaque fois une personnalité différente, acquièrent avec les ans différents sens, selon ce qu'on veut y voir, la projection de soi qu'on y apporte, la part de soi qu'on y laisse, au-delà de la chose elle-même, mais aussi en son cœur intime.

Des ruines au milieu d'un écrin sublime : tel est le visage qu'offre la Sicile à Eugène, jeune médecin militaire, lors de l'invasion de l'île par les troupes alliées en juillet 1943. Une jolie paysanne dont il a sauvé la vie en l'opérant avec les moyens du bord prouve sa reconnaissance en lui offrant un trésor familial, un masque étrusque rapporté de Toscane par son grand-père. La guerre prend fin, Eugène prête ses services à un hôpital napolitain et son cœur à Anna, une jeune femme qui le place face à lui-même. Le masque est réputé porter malheur, mais Eugène ne se résout pas à s'en départir et le ramène au pays. Soixante ans plus tard, il confie à son fils Théo la mission de faire la lumière sur son origine et sa réelle nature et de trancher le cruel dilemme : rendre le masque ou le garder ?
À la suite du masque étrusque, Louis Jolicœur nous entraîne dans un périple qui va de la Sicile à Naples, Paris, Rome, Québec et Florence. Autant de lieux où se nouent les fils d'une trame familiale complexe, où un simple objet suscite lâcheté, convoitise, ressentiment, mais aussi pur plaisir esthétique.

« Ce roman est bien construit et bien écrit. Il tient son lecteur en haleine jusqu'au bout et on y apprend beaucoup sur les Étrusques et les Italiens. (...) Ce roman, c'est l'un des meilleurs romans québécois de la saison littéraire. » (Didier Fessou, Le Soleil, 3 mai 2009)




Jolicœur, Louis, Le masque étrusque. Québec, L'instant même, 2009, 174 pages.