actualités informations catalogue
 


TITRES

AUTEURS

NOUVELLES

ROMANS ET RÉCITS

ESSAIS

BEAUX LIVRES

COLLECTIFS

DICTIONNAIRES ET OUVRAGES PRATIQUES

POCHES

CONNAÎTRE

L'INSTANT SCÈNE

L'INSTANT CINÉ

TRADUCTIONS

ANTHOLOGIES

THÉÂTRE

LIVRES NUMÉRIQUES

TWITTÉRATURE

TRAJECTOIRE

COLLECTION EXPLORATOIRE


COMMUNIQUE

Manga baroque

Anne Legault

Roman.
141 pages ; 20 $
ISBN 978-2-89502-270-1

Aussi disponible en PDF

Feuilleter cet ouvrage

- Les mangas montrent le combat de la vie. Parfois, c'est énorme et ça soulage, parce que la vraie vie est remplie de tellement de gens minables. Parfois un miracle se produit et ça permet de rêver : on peut aller chercher ses morts dans l'au-delà, ou revenir soi-même de la mort. Parfois, c'est tout petit et ça étonne : on se sent moins seul.
- Mais c'est toute la littérature que tu me décris.
- Les mangas vont à l'essentiel. Les mangas sont à la littérature ce que les antidépresseurs sont à la psychanalyse.

Caroline, frappée par le cancer, est brutalement jetée à la rue par Louise-Sophie Bernard, la femme avec qui elle vivait et dont elle a élevé les deux filles, laissant celles-ci sans protection. L'aînée s'appelle Sarah : Sarah Bernard. Elle ne s'entend ni avec sa mère (une mère qui manie la parole comme une arme blanche) ni avec son nom. Quant à sa sœur Rosine, elle dessine des mangas. Rien pour améliorer les relations avec la mère, convaincue qu'il s'agit d'un art vulgaire. Pourtant, dans les cases et les phylactères, leur histoire se joue, hachurée, vibrante, comme un silence tonitruant.
Une histoire à l'emporte-pièce, des dialogues tout en vivacité : le nouveau roman d'Anne Legault va à l'essentiel.




Legault, Anne, Manga baroque. Québec, L'instant même, 2008, 141 pages.