actualités informations catalogue
 


TITRES

AUTEURS

NOUVELLES

ROMANS ET RÉCITS

ESSAIS

BEAUX LIVRES

COLLECTIFS

DICTIONNAIRES ET OUVRAGES PRATIQUES

POCHES

CONNAÎTRE

L'INSTANT SCÈNE

L'INSTANT CINÉ

TRADUCTIONS

ANTHOLOGIES

THÉÂTRE

LIVRES NUMÉRIQUES

TWITTÉRATURE

TRAJECTOIRE

COLLECTION EXPLORATOIRE


Post-scriptum et autres nouvelles

Vassili Choukchine

Nouvelles. Traduit du russe par Brigitte Banquey.

Poche n° 7, 286 pages ; 19,95 $
ISBN 2-921197-87-1

Tout au long de sa courte vie (il est mort à 45 ans), l’écrivain, cinéaste et acteur Vassili Choukchine chante avec lyrisme sa Sibérie natale, les paysages infinis, les Sibériens bourrus et hospitaliers. Pas de critique ouverte de la société soviétique : il ne s’intéresse qu’à l’homme russe et à la terre russe. « C’est dans la taïga, cette gigantesque forêt russe, que l’homme sibérien trouve une mesure à sa liberté. C’est sur la terre russe que l’homme plante son isba, et son étuve. C’est sur cette terre qu’il se couche, parfois, vaincu par la vodka, ou bien définitivement, pour une dernière communion avec elle » (B. Banquey). Pas étonnant que l’on ait reconnu Choukchine comme le plus important des dereventchikis, ces écrivains russes qui donnent du terroir une vision forte, parfois empreinte de fantastique, que les lecteurs du roman québécois traditionnel liront avec le sentiment de pénétrer un domaine à la fois proche et lointain : Russes et Québécois n’ont-ils pas reçu le Nord en partage ?




Choukchine, Vassili, Post-scriptum et autres nouvelles. Traduit du russe par Brigitte Banquey. Québec/Neuvy-le-Roi/Paris, L'instant même/Alfil/Unesco, poche n° 7, 1997, 286 pages.