actualités informations catalogue
 


TITRES

AUTEURS

NOUVELLES

ROMANS ET RÉCITS

ESSAIS

BEAUX LIVRES

COLLECTIFS

DICTIONNAIRES ET OUVRAGES PRATIQUES

POCHES

CONNAÎTRE

L'INSTANT SCÈNE

L'INSTANT CINÉ

TRADUCTIONS

ANTHOLOGIES

THÉÂTRE

LIVRES NUMÉRIQUES

TWITTÉRATURE

TRAJECTOIRE

COLLECTION EXPLORATOIRE


Grand Prix du livre de Montréal, finaliste 1999
Grand Prix des Lectrices de Elle Québec 2000
Ma mère et Gainsbourg

Diane-Monique Daviau

Récit.
184 pages ; 19,95 $
ISBN 2-89502-124-4

Quand on perd sa mère, tout disparaît, à commencer par l’inflexion particulière de la voix disant « maman » autrement que dans son absence, appelant « maman ! » dans le dénuement de la petite fille que l’on a été et que l’on reste à jamais. Le fait d’être au mitan de sa vie n’atténue pas la perte. Il faut recomposer un monde dont maman sera dorénavant absente. Si la littérature donne du sens à ce qui en apparence en paraît dépourvu – la mort –, l’écriture de Diane-Monique Daviau, belle de pudeur, y ajoute la lumière.

« Pour dire cette blessure commune à bien des femmes, Diane-Monique Daviau a trouvé des mots justes et émouvants. De son récit, on ressort convaincue que la mort de la mère est l’une des expériences les plus troublantes qui soient. » (Francine Bordeleau, La Gazette des femmes)




Daviau, Diane-Monique, Ma mère et Gainsbourg. Québec, L'instant même, 1999, 184 pages.