actualités informations catalogue
 


ACTUALITÉS

NOUVEAUTÉS

ARCHIVES

RECHERCHE

(389264)
Freux / en librairie le 24 septembre
Un homme, le Pasteur, est l'auteur de crimes en série qui nous sont racontés par un écrivain. À sa poursuite, Chester Head, détective privé, parti en quête du coupable ou de ce qu'il appelle la Vérité, sorte de Jugement dernier qui porte sur la responsabilité de chacun devant le Mal. Une femme, Blandine Berger, amante tour à tour de Head et du Narrateur, partie elle-même en quête du Pasteur, relie les trois hommes dans un ballet enivrant, étourdissant, envoûtant. Au centre de toutes ces affaires apparaît Lorraine Greenwood, jeune modèle de la sculptrice Sylvia Shaw Judson dans la création de la Bird Girl, statue qui a longtemps trôné dans le cimetière Bonaventure de Savannah, à laquelle on attribue toutes sortes de pouvoirs, bénéfiques ou maléfiques, dont celui d'inspirer l'idée de meurtre ou de sacrifice aux déréglés de la vieille ville.
Freux, dont la richesse et la virtuosité étonnent et déstabilisent, entraîne le lecteur dans un labyrinthe d'odeurs et d'ombres dont personne ne peut sortir indemne.
Poète, romancier et essayiste, auteur d'une quarantaine de livres, Pierre Ouellet a reçu de nombreuses distinctions. Membre de la Société royale du Canada et de l'Académie des lettres du Québec, ancien directeur des revues Protée, Spirale et Les écrits, ainsi que de la collection « Le soi et l'autre » chez VLB Éditeur, il a été professeur titulaire à l'UQAM pendant près de 30 ans, responsable de la Chaire de recherche du Canada en esthétique et poétique.
Lentement la beauté
La pièce Lentement la beauté sera présentée au théâtre La Bordée du 17 septembre au 12 octobre 2019. Texte de Michel Nadeau, en collectif avec Marie-Josée Bastien, Lorraine Côté, Hugues Frenette, Pierre-François Legendre, Véronika Makdissi-Warren et Jack Robitaille, dans une mise en scène de Michel Nadeau.
Au mitan de sa vie, alors que l'univers semble se désorganiser autour de lui, un homme est chargé de la révision de la nouvelle restructuration, c'est-à-dire de la restructuration de la restructuration. Le fatras est colossal. Un jour il assiste à une représentation des Trois sœurs de Tchekhov, l'éblouissement ressenti l'amène alors dans des contrées nouvelles. La pièce Lentement la beauté a gagné le Masque de la meilleure production « Québec » de l'Académie québécoise du théâtre et le Prix Coup de cœur Télé-Québec du festival annuel d'innovation théâtrale.
Pour qu'il y ait un début à votre langue
La pièce de Steve Gagnon, Pour qu'il y ait un début à votre langue, est finaliste pour le Prix littéraire du Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean / Poésie et Théâtre. Le gagnant sera connu le jeudi 26 septembre à 19 h lors de la cérémonie d'ouverture du salon.
Pour qu'il y ait un début à votre langue sera présentée au théâtre Périscope du 14 au 25 janvier 2020 .
« Si Steve Gagnon souhaitait ne laisser personne indifférent, c'est un défi réussi. Le texte, que vous pouvez vous procurer et qui vaudrait la peine d'être relu, autant que la scénographie, est chargé à bloc : c'est un capharnaüm bien orchestré ; un désordre scénique gargantuesque, anxiogène et étouffant ; un dépotoir de débris. » (Édith Malo, La Bible urbaine.)
Nouvelles représentations de Os. La montagne blanche
La pièce de Steve Gagnon, Os. La montagne blanche, sera présentée de nouveau à La Licorne les 18, 19 et 20 septembre dans la salle de répétition.
Lauréat du Prix Marcel-Dubé de l'Académie des lettres du Québec 2018, le texte a aussi été finaliste au
Prix du Gouverneur général.
« Saluons ici la vivacité de la plume et le sens de l'image de Steve Gagnon, qui brode une poésie foisonnante, parfois brute, mais aussi faite de grandes envolées. Et l'auteur donne tout ce qu'il a dans la livraison de ce texte exigeant, qui passe par une montagne russe d'émotions. » (Geneviève Bouchard, Le Soleil)
« C'est un grand poème qui creuse les thèmes de la vie et de la mort comme dans un ballet archéologique. » (Philippe Couture, Voir)
Nouvelles représentations de Bonne retraite, Jocelyne
Bonne retraite, Jocelyne, la pièce de Fabien Cloutier est de retour au théâtre La Licorne du 10 au 21 septembre.
Le spectacle partira ensuite en tournée :
du 2 au 5 octobre - Centre national des Arts (Ottawa),
3 novembre - Théâtre Lionel-Groulx (Sainte-Thérèse),
6 et 7 novembre - Théâtre de la Ville (Longueuil),
8 novembre - Centre culturel de Belœil (Belœil),
9 novembre - Salle Méchatigan (Sainte-Marie-de-Beauce),
15 novembre - Centre des arts de Baie-Comeau (Baie-Comeau),
17 novembre - Salle de spectacle Jean-Marc-Dion (Sept-Îles),
19 novembre -  Salle de spectacles de Gaspé (Gaspé).
Bonne retraite, Jocelyne était sur la liste des meilleurs livres de l'année 2018 de la revue Les libraires.
Aquariums / en librairie le 17 septembre
Le plus récent roman de J. D. Kurtness, Aquariums, sera en libraire dès le 17 septembre.
Une jeune biologiste québécoise fait sa marque en parvenant à recréer, et donc sauver, des écosystèmes marins. Cette reconnaissance du milieu scientifique lui vaut d'être invitée à participer à une expédition dans l'Arctique, en compagnie de collègues du monde entier.
Pendant leur absence, l'humanité est presqu'éliminée par un virus. Isolés en pleine mer, les exilés vivent ces événements avec un détachement bien involontaire, racontés par une narratrice attachante au regard lucide. De son enfance à son voyage, entre la grande Histoire et celle, plus modeste, de sa famille, elle nous raconte la vie, sous toutes ses formes.
Réédition en format poche de De vengeance / en librairie le 17 septembre
Le premier roman de J. D. Kurtness est maintenant disponible en format poche. Il paraîtra aussi en anglais sous le titre Of Vengeance (éd. Dundurn) à l'automne 2019.
De vengeance s'est mérité plusieurs prix :
Livre prééminent en prose d'un écrivain autochtone émergent / Indigenous Voices Awards 2018,
Prix Découverte / Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean 2018,
Prix coup de cœur des amis du polar 2018.
Sa lecture a été recommandée dans Le Devoir, La Presse, Les Libraires et il était dans la liste des 10 incontournables de la littérature autochtone établie par Radio-Canada en 2017.
La revue Châtelaine était aussi sous le charme lors de sa parution :« On lit chaque chapitre avec délectation, entrant dans la tête d'une narratrice dont l'apparence angélique cache un cœur rempli de dégoût et de rage envers les êtres médiocres et malfaisants. » (Annabelle Moreau)
Le projet Andersen de Robert Lepage
Répondant à une commande de l'Opéra Garnier, un auteur québécois s'installe à Paris, rue Saint-Denis, afin de créer le livret d'une œuvre lyrique pour enfants tirée d'un conte de Hans Christian Andersen. Il y côtoie un administrateur d'opéra aux penchants insoupçonnés, un jeune concierge maghrébin passionné de graffitis, et un chien dont on se demande s'il n'est pas le véritable guide du récit.
S'inspirant librement de deux contes d'Andersen (« La Dryade » et « L'Ombre ») et de quelques épisodes parisiens de la vie du célèbre auteur danois, Robert Lepage explore, dans Le projet Andersen, les territoires troubles de l'identité sexuelle, des fantasmes inassouvis et de la soif de reconnaissance qui se dessinent en filigrane dans la vie et l'œuvre d'Andersen.
Dans la préface de Lars Seeberg, secrétaire général de la Fondation H. C. Andersen, on peut lire que « Le projet Andersen est une œuvre typiquement lepagienne. Un jeu vertigineux et dialectique entre le quotidien et le rêve, où une nouvelle matière est adaptée et transformée en quelque chose d'unique, parce que la personne Lepage s'investit entièrement dans une forme d'empathie, presque en s'effaçant. »

Le texte du spectacle de Robert Lepage, créé en 2007 pour souligner le bicentenaire de l'auteur danois Hans Christian Andersen, est maintenant disponible en versions numériques. Un nouveau format imprimé paraîtra le 17 septembre.
Kaléidoscorps. Sur quelques métamorphoses corporelles dans la littérature québécoise / en librairie le 27 août 2019
Les métamorphoses du corps engendrent plus que des transformations physiques : elles sont le plus souvent productrices de nouveaux discours, libérant un dire jusque-là tenu captif, ou une créativité qui trouve dans le corps son fond et sa forme. Sans viser l'exhaustivité Philippe St-Germain « à l'écoute de ce qui est produit par la métamorphose corporelle », a recherché dans la littérature québécoise des œuvres se prêtant bien à des lectures parallèles ou complémentaires afin de proposer un panorama varié des imaginaires du corps. En démontant les jeux sémantiques mis en scène grâce au corps et en mettant en relation des livres autrement séparés par les conventions de genre ou d'époque Kaléidoscorps enrichit d'une strate supplémentaire la littérature québécoise de ce corpus.
Prix Sony Labou Tansi des lycéens
Invisibles de Guillaume Lapierre-Desnoyers a été sélectionnée pour l'édition 2020 du Prix Sony Labou Tansi des lycéens. Les cinq pièces choisies par un jury d'enseignants seront présentées aux lycéens qui devront voter pour la pièce lauréate en mai 2020.
En dessous de vos corps je trouverai ce qui est immense et qui ne s'arrête pas de Steve Gagnon et Dehors de Gilles Poulin-Denis étaient de la sélection 2019.
L'écrivain public de Pierre Yergeau
L'écrivain public de Pierre Yergeau a remporté le Prix Hervé-Foulon. Un livre à relire, édition2019.
Ce prix, créé en 2013, est décerné à un ouvrage québécois de prose narrative qui mérite de rayonner à nouveau sur la place publique. Une bourse de 5 000 $ est remise au lauréat.
Le jury 2019 était composé du président M. Jacques Allard, de Mme Lise Bissonnette, de Mme Marie Desjardins, de Mme Marie-André Lamontagne et de M. Billy Robinson.
L'écrivain public nous introduit dans l'univers du Grand Cirque d'Hiver et de la famille Hanse. Trois autres livres de Pierre Yergeau sont attachés à cet univers et à la vie des membres de cette famille, La désertion, Les amours perdues et La Cité des Vents.

« Comment parler d'un très grand roman, de l'œuvre majeure d'une décennie peut-être, quand je m'en sens encore, quelques heures après le choc, et pour très longtemps j'espère, prisonnier ? L'écrivain public entre dans la littérature, la très grande, comme en son espace naturel, comme s'il y était attendu. Sans imposture et sans que rien ne lui résiste. » (Réginald Martel, La Presse.)
Toutes nos félicitations à Pierre Yergeau !
Antimanuel de mythologie grecque / en librairie le 4 juin 2019
Professeur de philosophie au cégep et passionné de mythologie grecque, Alexandre Lebœuf accompagne régulièrement des groupes d'étudiants en Grèce, leur faisant découvrir sur le terrain les paysages, les odeurs et les rythmes qui ont pu, il y a quelques millénaires, inspirer les conteurs. C'est dans cette approche associée à la transmission qu'il propose une relecture et une réécriture de certains mythes, en choisissant une formule proche de l'oralité et en se penchant davantage sur les récits, personnages et événements trop souvent occultés au profit des vedettes de ce corpus. Les récits, courts et vifs, regroupés en trois parties, L'Éveil, La Mort et La Renaissance, sont à l'opposé des entrées sèches des dictionnaires de mythologie et rappellent, à juste titre, que le mythe est langage, qu'il est vivant, et qu'il permet encore aujourd'hui de comprendre le monde et de se l'approprier.
L'espace plein / en libraire le 4 juin 2019
Auteur, metteur en scène et compositeur, Jean-Frédéric Messier s'attache, dans L'espace plein, à retracer les étapes qui ont mené à la création de la compagnie Momentum, de même qu'à la création de cinq productions réalisées entre 1993 et 2003. En revenant sur les démarches et réflexions de ces aventures scéniques, il parvient à livrer, sur un ton personnel, un essai fascinant sur l'émergence d'une forme théâtrale unique, le théâtre in situ. En s'appuyant sur les écrits des différents auteurs qui ont réfléchi à cette forme, et en s'autorisant des recherches du côté de l'anthropologie et de l'histoire de la représentation, Jean-Frédéric Messier parvient à conjuguer histoire théâtrale, histoire du Québec et histoire de la scène, tout en maintenant un rythme agréable, une prose simple et des réflexions fertiles.
Pour qu'il y ait un début à votre langue
La Bible urbaine décerne 4 étoiles à la pièce de théâtre de Steve Gagnon, Pour qu'il y ait un début à votre langue.
« Si Steve Gagnon souhaitait ne laisser personne indifférent, c'est un défi réussi. Le texte, que vous pouvez vous procurer et qui vaudrait la peine d'être relu, autant que la scénographie, est chargé à bloc…  » (Édith Malo, La Bible urbaine.)
Deux semaines encore de Marielle Giguère
« Certains thèmes tels que la douleur, l'échec et la souffrance occupent une place importante dans l'histoire. Pourtant, beaucoup de lumière émane du texte. Marielle Giguère nous offre un premier roman poignant où la force du nombre et la solidarité familiale prennent tout leur sens. » (Geneviève Bossé, La recrue).
Jean-François Sylvestre qui trouve que Marielle Giguère « excelle dans l'art d'illustrer comment la fiction convient souvent mieux aux gens que la plate réalité » a accordé 3 étoiles et demi au livre dans son blog J'ai lu pour vous (Pour lire l'article.)
Le corps souillé / quelques commentaires des médias
« Éric Falardeau signe un essai concis qui donne envie de découvrir ou de revisiter de nombreux titres qui y sont compris. » (Natalia Wysocka, Le Devoir.)
« ... le véritable tour de force de l'ouvrage survient dans sa dissection des sous-genres et dans l'énumération d'un corpus de longs-métrages que les cinéphiles auront envie d'ajouter à leur liste de visionnements. Au final, nous vous recommandons grandement cet essai qui, comme on le constate de plus en plus avec les textes parus chez L'instant même, se veut un véritable outil pour cinéphiles. » (Jean-François Croteau, Horreur Québec.)